Terralto Pays de la Loire, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Le Bois Energie, une des valorisations économiques de la haie…

Le Bois Energie, une des valorisations économiques de la haie…

Flux RSSImprimer la page

Le bois déchiqueté, énergie d’origine bocagère est une activité en émergence. Pour développer cette production énergétique, il est nécessaire de renforcer des filières locales existantes et d’en créer de nouvelles sur des territoires où elles n’existent pas et dans lesquels des agriculteurs recherchent des solutions d’exploitation et où des besoins en bois sont exprimés par des acteurs locaux.

Cette démarche d’entretien et de valorisation du bocage doit prendre en compte les enjeux environnementaux des exploitations agricoles. Cette nouvelle économie repositionne le bois énergie bocager dans le système de l’exploitation agricole, comme une source de diversification économique.

Pour que cette démarche puisse être pérenne, elle doit intégrer la notion de gestion durable du bocage. La gestion durable de la ressource bocagère repose sur le respect des bonnes conditions environnementales, sociales et économiques. Si un ou plusieurs de ces 3 éléments ne se fait (font) pas dans de bonnes conditions, l’équilibre de la ressource peut être mis à mal. Afin d’aider les agriculteurs dans la gestion à long terme, il existe un accompagnement que l’on appelle « plan de gestion durable du bocage ou des haies ».

Ces plans de gestion peuvent permettre de prétendre à des certifications et labels qui pourraient à terme offrir des opportunités de valorisation supplémentaires du bois dans des chaufferies, à condition que celles-ci s’impliquent suffisamment pour reconnaitre la valeur monétaire de ce bois géré durablement et certifié. Ces plans peuvent aidés également les agriculteurs dans leurs réflexions d’autoconsommation du bois (chaufferie à la ferme, litière animale).

L’implication de tous les acteurs de la filière bois/bocage/énergie géré durablement permettra de contribuer à l’élaboration d’un modèle économique viable pour les filières locales. Le préalable indispensable à la démarche est une implication à la fois des agriculteurs dans une démarche volontaire et fiable et celle des chaufferies garantissant un débouché sécurisé et rémunérateur.